Perspectives de la presse numérique

La Chaire Innovation & Régulation des Services Numériques organise, avec le Labex ICCA et le GIS Culture-Média & Numérique, une journée de conférence, le mardi 13 décembre prochain sur les « Perspectives de la presse numérique ». Cette journée sera l’occasion d’un dialogue entre professionnels et chercheurs sur les évolutions, les modèles économiques qui se dessinent et qui entrainent une révision des métiers, des contenus et des attentes des lecteurs.

Cette conférence aura lieu à Paris 3ème, au CNAM .

Le programme détaillé est en pièce jointe. L’inscription est libre, mais obligatoire, auprès de : Patricia.Brifaut-at-polytechnique.edu

Renseignements ici:

http://www.polytechnique.edu/accueil/actualites/agenda/conference-perspectives-de-la-presse-numerique–85943.kjsp

En quelques années les modèles économiques de la presse se sont complètement transformés. La lecture s’effectue de plus en plus fréquemment sur les téléphones mobiles, les ordinateurs, les tablettes. Cela affecte les contenus, le consentement à payer des lecteurs et les modèles d’affaires. De nouveaux contributeurs comme les blogueurs viennent concurrencer les journalistes traditionnels, et le concept même de journal est questionné par l’apparition de fermes de contenus.
Cette journée sera l’occasion d’un dialogue entre professionnels et chercheurs sur ces évolutions, sur les modèles économiques qui se dessinent et qui entrainent une révision des métiers, des contenus et des attentes des lecteurs.

9h30 Introduction

Enjeux et perspectives, Pierre Jean Benghozi, Françoise Benhamou

Une perspective historique, Patrick Eveno

Un état des lieux, Jean-Marie Charon

Hyperlocal to global opportunities and challenges for journalism. New business models, Conférence invitée: Ernest James Wilson III

11h30-11h45, pause

11h45 La matière première de la presse

Economie des fournisseurs d’informations (agences, fermes de contenus), Emmanuel Hoog

Journalistes, amateurs et blogueurs. Les nouveaux professionnels de la presse, Antoine de Tarlé

12h45-14h: Déjeuner buffet sur place

14h – 15h30 De la presse papier au numérique

Les pure players: Rue 89, le Huffington Post, Pierre Haski

La fin du journal au profit de l’information ciblée: les fermes de contenu?, D. Attias

Des modèles disruptifs: Fotopedia, Jean – Marie Hullot

Pause

15h45 – 17h New models and new contents (session en anglais)

Media Content Industry: Newspaper publishing study, Andra Leurdijk

The new economy and new « formes d’expression », Claire Armistead

17h Conclusion: P Schlesinger

Atelier de réflexion prospective

Le GIS Culture-Médias&Numérique participe à l’Atelier de réflexion prospective de l’Agence Nationale pour la Recherche « Société- économie-numériques ». Au sein du consortium PRISE, piloté par la FING, il conduit les travaux de prospective dans le domaine de la culture et des médias.

Cette opération est conduite au nom du GIS par Ghislaine Chartron et François Moreau, Conservatoire National des Arts et Métiers qui organisent le 8 juin une deuxième journée de réflexion.

Programme de la journée du 8 juin: 

9h30-12h30 : Interventions d’experts (Conservatoire National des Arts et Métiers, Amphi 3 « Laussédat », accès 31,3ème étage, 2 rue Conté, 75003 Paris, Métro « Arts et Métiers » )

– L. Sorbier (MySkreen)
– D. Ladegaillerie (Believe Digital)
– Intervenant à préciser (Deezer)
– Olivier  Donnat (DEPS/MCC)

14h-17h : Réflexion collective  (CNAM  salle 31.1.56, accès 31, 1er étage, salle 56, 2 rue Conté)

– Echanges par petits groupes sur les tendances, les incertitudes, les questions-clés se dégageant suite aux interventions du 12 mai et de la matinée.
– Construction collective d’une matrice commune et définition d’une liste de « Tensions ».

Pour s’inscrire:

http://digital3prise.net/pg/groups/59051


 

 

Les industries créatives, encore, toujours et partout

Organisée par l’équipe de recherche soutenue par l’ANR « des théories des industries culturelles et éducatives aux théories des industries créatives », une Journée d’étude a lieu le 7 juin 2011 à la MSH Paris Nord sur le thème:

« Les industries créatives, encore, toujours et partout: actualités et enjeux des transformations dans les industries créatives »

Parmi les questions soulevées: « pourquoi les thèmes des industries et de l’économie créative sont-ils aussi présents sous des latitudes aussi diverses que les anciens pays industriels et les pays émergents? Quels sont les enjeux soulevés par ces mouvements? Faut il prendre au sérieux ces notions et qu’apportent-elles de nouveau par rapport à des notions plus établies, celles d’industries culturelles en particulier, et par rapport également aux thématiques de la société de l’information et de la connaissance? »

Introduction par Philippe Bouquillion, professeur à l’université paris 8, porteur de la recherche ANR et membre du GIS.

Programme complet ici

Culture & Médias 2030

Mené par le Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication, avec le concours de Futuribles, cette étude se présente comme « un exercice inédit de prospectives culturelles ». Quatre scénarios, ou logiques des futurs possibles, y sont explorés: « l’exception continuée », « le marché culturel », « l’impératif créatif », « culture d’identités ».

L’étude vient d’être publiée: « Culture & Médias 2030. Prospective de politiques culturelles », dans la collection « Questions de culture ». Le livre est diffusé par la Documentation française au prix de 12 Euros.

Une présentation en ligne est disponible sur:

www.culturemedias2030.gouv.fr

5 ème journée d’économie de la culture: présentations en ligne

Le site de la chaire Innovation&régulation propose les supports de certaines présentations données lors de la 5ème Journée d’économie de la culture  » Culture – Médias & Numérique: nouvelles questions de concurrence », le 8 février à Beaubourg.

Retrouvez les ici:

http://innovation-regulation2.telecom-paristech.fr/2011/02/23/5emes-journees-deconomie-de-la-culture/?lang=fr

Pourquoi un G.I.S « Culture-Médias&Numérique »?

Pourquoi un Groupement d’Intérêt Scientifique « Culture-Médias&Numérique » ?

Le développement du numérique a un impact important sur la production, la conservation et la diffusion des œuvres, produits et services culturels, sur les pratiques du public, et sur les modèles juridiques. Ces mutations font sentir leurs effets, au premier chef, sur l’économie de la culture et de la communication.

L’importance de ce processus impose une recherche scientifique de haut niveau, approfondie et régulière, conduite sur le long terme. La visibilité et la reconnaissance d’un tel programme de recherche sont un enjeu scientifique décisif, et peuvent contribuer aux stratégies des acteurs politiques, industriels, culturels et sociaux.

Dans cette perspective, le groupement d’intérêt scientifique Culture-Médias&Numérique vise à constituer une plate-forme partagée de programmes de recherche en sciences humaines et sociales, disposant de la taille suffisante, capable de soutenir et de rapprocher les chercheurs et les équipes qui, au sein des laboratoires, travaillent sur ces thématiques, en relation avec des partenaires privés et publics.

En tant que programme scientifique, il vise à atténuer la segmentation disciplinaire, qui, même si elle s’atténue sur certaines questions relatives aux enjeux du numérique, demeure un frein important à la recherche comme à l’analyse stratégique. La complexité de la réflexion sur l’évolution des questions de concurrence illustre bien la double dimension, pratique et théorique, de cette difficulté. Un tel programme doit donc associer des compétences issues de champs disciplinaires complémentaires, résolument ouvertes sur la recherche internationale, adossées à des compétences technologiques, et à un partenariat avec des acteurs aussi bien privés que publics. Ce programme doit avoir la taille critique au plan européen et international, aussi bien pour la recherche que pour l’expérimentation.

Le Groupement d’Intérêt Scientifique permettra aussi aux équipes de recherche de coopérer dans un cadre régulier avec des acteurs de premier plan du domaine, qu’ils soient publics comme le Ministère de la Culture et de la Communication, privés, comme la société Médiamétrie, des départements de recherche d’entreprise comme celui de France Télécom, ou des clusters comme Cap Digital.

Le Groupement d’Intérêt Scientifique « Culture-Médias&Numérique » a été créé le 25 janvier 2011. A cette date, il rassemble quinze partenaires : le Conservatoire national des arts et métiers, l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales, l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Télécom Paris Tech ENST, la Fondation nationale des sciences politiques, le Groupe ESSEC, l’Université Panthéon Assas de Paris 2, l’Université Vincennes Saint Denis de Paris 8, l’Université Sud de Paris 11, l’Université Nord de Paris 13, l’Université Paris Est Marne-la -Vallée, le ministère de la Culture et de la Communication (DEPS), les sociétés Médiamétrie et France Télécom, l’association Cap Digital. D’autres organismes devraient bientôt rejoindre le groupement qui, ainsi constitué, couvre son champ d’investigation de manière consistante en économie, droit, sociologie, info-com.

Intervention de Frédéric Mitterrand aux 5èmes Journées d’économie de la culture

Retrouvez ici l’intervention complète de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication aux 5èmes Journées d’économie de la culture et de la communication, « Culture-Médias&numérique: nouvelles questions de concurrence(s), organisées par le GIS, le Département des études, de la prospective et des statistiques, la Chaire « Innovation et régulation », le 8 février dernier au Centre Beaubourg:

DiscoursMinistre