Archives de Catégorie: Groupement d’Intérêt Scientifique

Pourquoi un G.I.S « Culture-Médias&Numérique »?

Pourquoi un Groupement d’Intérêt Scientifique « Culture-Médias&Numérique » ?

Le développement du numérique a un impact important sur la production, la conservation et la diffusion des œuvres, produits et services culturels, sur les pratiques du public, et sur les modèles juridiques. Ces mutations font sentir leurs effets, au premier chef, sur l’économie de la culture et de la communication.

L’importance de ce processus impose une recherche scientifique de haut niveau, approfondie et régulière, conduite sur le long terme. La visibilité et la reconnaissance d’un tel programme de recherche sont un enjeu scientifique décisif, et peuvent contribuer aux stratégies des acteurs politiques, industriels, culturels et sociaux.

Dans cette perspective, le groupement d’intérêt scientifique Culture-Médias&Numérique vise à constituer une plate-forme partagée de programmes de recherche en sciences humaines et sociales, disposant de la taille suffisante, capable de soutenir et de rapprocher les chercheurs et les équipes qui, au sein des laboratoires, travaillent sur ces thématiques, en relation avec des partenaires privés et publics.

En tant que programme scientifique, il vise à atténuer la segmentation disciplinaire, qui, même si elle s’atténue sur certaines questions relatives aux enjeux du numérique, demeure un frein important à la recherche comme à l’analyse stratégique. La complexité de la réflexion sur l’évolution des questions de concurrence illustre bien la double dimension, pratique et théorique, de cette difficulté. Un tel programme doit donc associer des compétences issues de champs disciplinaires complémentaires, résolument ouvertes sur la recherche internationale, adossées à des compétences technologiques, et à un partenariat avec des acteurs aussi bien privés que publics. Ce programme doit avoir la taille critique au plan européen et international, aussi bien pour la recherche que pour l’expérimentation.

Le Groupement d’Intérêt Scientifique permettra aussi aux équipes de recherche de coopérer dans un cadre régulier avec des acteurs de premier plan du domaine, qu’ils soient publics comme le Ministère de la Culture et de la Communication, privés, comme la société Médiamétrie, des départements de recherche d’entreprise comme celui de France Télécom, ou des clusters comme Cap Digital.

Le Groupement d’Intérêt Scientifique « Culture-Médias&Numérique » a été créé le 25 janvier 2011. A cette date, il rassemble quinze partenaires : le Conservatoire national des arts et métiers, l’Ecole des Hautes Etudes Commerciales, l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Télécom Paris Tech ENST, la Fondation nationale des sciences politiques, le Groupe ESSEC, l’Université Panthéon Assas de Paris 2, l’Université Vincennes Saint Denis de Paris 8, l’Université Sud de Paris 11, l’Université Nord de Paris 13, l’Université Paris Est Marne-la -Vallée, le ministère de la Culture et de la Communication (DEPS), les sociétés Médiamétrie et France Télécom, l’association Cap Digital. D’autres organismes devraient bientôt rejoindre le groupement qui, ainsi constitué, couvre son champ d’investigation de manière consistante en économie, droit, sociologie, info-com.

Intervention de Frédéric Mitterrand aux 5èmes Journées d’économie de la culture

Retrouvez ici l’intervention complète de Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication aux 5èmes Journées d’économie de la culture et de la communication, « Culture-Médias&numérique: nouvelles questions de concurrence(s), organisées par le GIS, le Département des études, de la prospective et des statistiques, la Chaire « Innovation et régulation », le 8 février dernier au Centre Beaubourg:

DiscoursMinistre

Succès des 5 èmes Journées Economie de la Culture

Le Groupement d’intérêt scientifique « Culture-Médias & Numérique », le Département des études, de la prospective et des statistiques (ministère de la Culture et de la Communication) et la Chaire « Innovation & Régulation des Services Numériques » (École Polytechnique, Télécom ParisTech et Orange) organisaient, le 8 février, les 5èmes Journées d’économie de la culture, au Centre Pompidou.

Cette nouvelle édition des Journées d’économie de la culture s’intéressait à la manière dont la révolution numérique recompose les réglementations et régulations – en particulier les politiques de la concurrence – des secteurs, modèles d’affaires et marchés du domaine culturel et médiatique.

Elle a rencontré un vif succès: près de 500 inscrits, de 200 à 400 participants effectifs. Ce succès a sans doute été encouragé par le rapprochement original des points de vue des industriels (Antoine de Tarlé, Ouest France, Emmanuel Forest, Bouygues Télécom, ou Laurent Sorbier, Myskreen),  des spécialistes (Pascal Wilhem, avocat, Olivier Sautel, consultant), des représentants des pouvoirs publics (Anne Perrot, Autorité de la concurrence, Emmanuel Gabla, CSA) et des chercheurs (Xavier Wauthy, Facultés Saint Louis de Bruxelles, Franck Rebillard, Paris III, Frédéric Marty, CNRS, Thierry Pénard, Rennes I).

Dans son allocution d’ouverture, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a salué la création du GIS en ces termes:

« …Je souhaiterais aussi vous dire quelques mots sur le sens de cet engagement du ministère de la Culture et de la Communication auprès des chercheurs. Longtemps – on parlait alors plutôt d’informatique ou de « télématique » – les technologies de l’information ont pu sembler quelque chose d’extérieur non seulement aux finalités du ministère mais aux réalités quotidiennes auxquelles il était confronté. C’était un moyen de modernisation qu’il pouvait utiliser comme d’autres administrations, par exemple pour faciliter la gestion, voire l’accès aux oeuvres. Cette situation a été complètement bouleversée par le numérique, c’est à dire par l’internet et le web. Les industries de l’information sont des industries culturelles d’un type nouveau, nous le voyons avec la numérisation. Le web est un média, un média qui supporte d’autres médias, l’actualité nous en fournit des exemples. L’économie et la régulation de la culture et des médias sont transformées. C’est le sujet de ce colloque. Mais les pratiques culturelles et l’environnement des oeuvres connaissent aussi de profondes mutations.

A cette situation correspond un rôle tout à fait nouveau du ministère de la culture et de la communication qui est passé extrêmement rapidement, en quelques années, du rôle d’utilisateur public de l’informatique et des réseaux à celui de responsable politique de premier rang d’un grand nombre de dossiers liés au numérique. Simultanément, des domaines ou des matières, comme la Propriété littéraire et artistique, certes fondamentales pour la création intellectuelle et artistique, mais qui n’intéressaient directement qu’un petit nombre d’acteurs, sont devenus des sujets publics de grande ampleur, des sujets qui passionnent l’opinion.

Vous voyez bien pourquoi la recherche sur le numérique, sur la manière dont le numérique s’associe à la culture et aux médias est importante pour le ministère : c’est qu’elle répond à un besoin stratégique, c’est qu’elle engage notre vision de la culture. »

Les présentations des interventions seront prochainement disponibles.

Première réunion du Conseil du G.I.S

Le Conseil du Groupement d’Intérêt Scientifique « Culture-Médias&Numérique » a tenu sa première réunion le 07 février.

Ses membres sont:

Le Conservatoire National des Arts et Métiers : Ghislaine CHARTRON ou François MOREAU

L’ École des Hautes Etudes Commerciales : Marc VANHUELLE  (Thomas PARIS)

L’ École Polytechnique : Pierre-Jean BENGHOZI

L’ École Télécom Paris Tech ENST : Christian LICOPPE ou Dominique PASQUIER

La Fondation nationale des sciences politiques : Michel VIVANT

Le Groupe ESSEC : Frédéric JENNY ou Judith ANDRES

L’Université Panthéon Assas de Paris 2 : Nathalie SONNAC

L’Université Vincennes Saint Denis de Paris 8 : Philippe BOUQUILLION

L’Université Sud de Paris 11 (CERDI et ADIS) : Pierre SIRINELLI ou Antoine LATREILLE (Alain RALLET)

L’Université Nord de Paris 13 : Françoise BENHAMOU

L’Université Paris Est Marne-la-Vallée : Patrice FLICHY

Le ministère de la Culture et de la Communication : Philippe CHANTEPIE

La société Médiamétrie : Philippe TASSI

La siociété France Télécom : Frédérique LEGRAND ou Fabien GRANDJON

L’association Cap Digital : Henri VERDIER.

Le Conseil a élu le Président du GIS : Pierre-Jean BENGHOZI, et les trois membres du Bureau : Philippe CHANTEPIE, Christian LICOPPE, Philippe TASSI et désigné le Directeur : Alain GIFFARD. Il a également missionné Françoise BENHAMOU pour préparer la constitution du Conseil Scientifique.

Ghislaine CHARTRON a fait le point sur la participation du G.I.S, pilotée par le CNAM à la réponse à l’appel d’offres de l’ANR pour un Atelier de réflexion prospective.

Programme des 5èmes journées d’économie de la culture

Les 5èmes Journées d’économie de la culture et de la communication sont organisées par la Chaire d’innovation&régulation Orange Ecole Polytechnique TELECOM Paris Tech, le ministère de la Culture et de la Communication DEPS, le GIS Culture-Médias&Numérique, avec le concours de Cap Digital.

Elles ont pris pour thème: « Culture-médias&numérique: nouvelles questions de concurrence »

Le 8 Février 2011, au Centre Georges Pompidou, Paris

Inscription: http://innovation-regulation.enst.fr/fr/accueil.html

Contact: contact.deps@culture.gouv.fr

Programme complet:

5e-colloque-eco-culture-prog-OK-2

Frédéric Mitterrand annonce l’installation du G.I.S

Lors de son discours prononcé à l’occasion de la présentation des voeux à la presse, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, a annoncé l’installation du Groupement d’Intérêt Scientifique « Culture-Médias&Numérique » en ces termes:

« Dans la grande transformation que connaissent les modèles économiques
de la culture et de la communication, la préservation du dynamisme et de
l’inventivité de nos entrepreneurs passe aussi par le dialogue et le travail
de prospective. Je pense à l’étude mené par le Département d’Etudes et
de Prospective de mon ministère dans le programme Culture et médias
2030. Je pense également au dialogue avec la société civile et les acteurs
du secteur privé que nous menons au sein du Forum d’Avignon. Je pense
enfin au Groupe d’intérêt scientifique (GIS) que je vais très prochainement
installer sur Culture, médias et numérique. Sur tous ces points, se tourner
vers l’avenir c’est savoir anticiper, c’est se donner les moyens de choisir
entre ce que nous désirons et ce que nous ne pouvons pas subir. Je
vous remercie. »

Les partenaires du G.I.S

Quinze organismes ont signé en novembre 2010 la convention créant le Groupement d’intérêt scientifique (G.I.S) « Culture-Médias&Numérique ».

Les partenaires de ce nouveau G.I.S sont: le Conservatoire national des arts et métiers, l’Ecole des Hautes etudes Commerciales, l’Ecole Polytechnique, l’Ecole Télécom Paris Tech ENST, la Fondation nationale des sciences politiques, le Groupe ESSEC, l’Université Panthéon Assas de Paris 2, l’Université Vincennes Saint Denis de Paris 8, l’Université Sud de Paris 11, l’Université Nord de Paris 13, l’université Paris Est Marne-la-Vallée, les sociétés Médiamétrie et France Télécom, l’asociation Cap Digital.